Le vin rosé est conçu à partir de raisins rouges.

 

Et, de nos jours, de nombreux vignerons incorporent aux raisins rouges, une proportion de raisins blancs.


L'élaboration d'un vin rosé est très délicate. C'est la raison pour laquelle l'amateur est quelquefois déçu par la qualité d'un rosé. Particularité, le rosé européen est "sec".

 

Contrairement au rosé américain, doux et s'apparentant au blanc.

 

 

Il existe au moins trois méthodes différentes de produire du vin rosé.

 

 

Le-vin-rose-n-est-pas-un-melange-de-vin-rouge-et-de-vin-b.jpg

 

Le vin gris (ou rosé pâle) :

Les raisins sont immédiatement pressés , ce qui permet une diffusion rapide de la couleur dans le jus.

Le jus est laissé très peu de temps au contact des peaux. Tout au plus quelques heures !

Le moût obtenu est ainsi délicatement coloré.

Le vin rosé est ensuite produit de la même façon qu'un vin blanc, fermentation du moût débarrassé des parties solides sans autre macération.

Le vigneron obtient un vin gris ou rosé pâle (les gris de Bourgogne, les rosés de Loire).

 

 

Le vin couleur rosé :

Pour obtenir des rosés - couleur rosé, le raisin est dirigé, après le foulage, vers la cuve à fermentation. Le jus s'enrichit en alcool et la température s'élève dans la cuve. 

Et au contact des solides, la couleur se diffuse rapidement. Le vigneron choisit l'intensité du rosé en contrôlant toutes les heures un échantillon. Lorsqu'il est satisfait, il procède au décuvage. Le vin est évacué vers un autre récipient pour continuer sa fermentation.

Le marc resté dans la cuve n'entre plus dans le processus du vin rosé.

 

 

La saignée :

Pour obtenir une couleur plus intense encore, durant la phase de fermentation, le vigneron retire du fût une quantité de jus une fois par heure. Lorsque la couleur est jugée satisfaisante, la vinification continue tel un vin blanc. 

Les rosés de Provence sont obtenus d'après cette méthode.

 

Retour à l'accueil